Le cri du paon

Sortir et rentrer. Interrompre la retraite pour une sortie dans « le monde » et le jour comme celui-ci – le 15 août, le jour de Fête Nationale en Inde. Je croyais que ce monde serait plus en paix et plus calme pour cause de fête. C’était le contraire – une occasion pour manifester, pour débatte la politique publiquement. Une manifestation du partie communiste dans la rue – une multitude de jeunes. Un rassemblement – un publique d’anciens écoutant, en réflexion…
Vu d’ici le monde paraît beau et assez calme – la route lointaine fait passer des autobus colorés, illuminés et clignotant le soir. Vus de près ils sont sales, bruyants et agressifs. Gare à toi si tu changes du trajectoire brusquement. Ils te doublent en passant à quelques centimètres de toi.
Vu d’ici ils transportent consciencieusement les gens au travail, à la maison. Vu de la rue – les passagers sont dans la poussière, la pollution, le traffic dense et le bruit des klaxons.
Mais vu d’ici les problèmes sont disparus, il n’y a que la forme générale de ce qui est. L’image d’ensemble est belle et pacifique et reflète la réalité acceptable. Plus on se penche sur les détails plus l’image paraît compliquée et difficile à comprendre. Jusqu’à ce qu’on soit face à face avec le core qui nous révélera à nouveau la beauté extrême.
Voici qu’il pleut et que l’eau nettoie l’air et la terre. La musique de la pluie est comme un pansement pour l’esprit fatigué.

À Nallepilly, Kerala le 15 août 2017

IMG_5125.JPG

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s