Un voyage au Kerala indien

C’est mon septième voyage en Inde. Septième déjà mais tant encore à découvrir. L’Inde est immense, sa culture, même si typique au Pays entier, change un peu d’un état à l’autre.
Le Kerala est l’état que j’ai visité le plus ; voyage spirituel, voyage touristique, visites aux amis que j’ai connus ici et aujourd’hui – un voyage de santé. J’ai décidé d’entreprendre un traitement ayurvedique pour soigner les quelques problèmes de ma santé. J’en parle dans mon post sur le massage indien Abhyanga.

IMG_5118

Le Kerala est l’état le plus développé et le plus prospère en Inde ; 94% d’alphabétisation contre 64% par rapport au pays entier, une certaine démocratie et indépendance pour les femmes qui veulent travailler, inexistence pratique des castes. Ce progrès le Kerala le doit aux idées lumineuses de quelques gurus – Sree Narayanaya Guru
Swami Vivekananda
Nataraja Guru
Swami Santhyananda Saraswathi Chattampa Swamikal
Mata Amritanandamayi (Amma).
La liste des acteurs sociaux imminents keralais est longue https://en.m.wikipedia.org/wiki/List_of_people_from_Kerala.
Également le Partie Communiste keralais a joué et joue un grand rôle dans l’amélioration de la vie et la réduction de la pauvreté.

Une amie keralaise m’a raconté aussi la richesse du programme « Kudumbashree » réunissant les femmes activistes dans l’amélioration du quotidien et l’implantation des idées modernes. Par exemple, elles font les ramassages du plastique auprès des familles, en vue de recyclage. En tant qu’un mouvement elles peuvent plus facilement obtenir des prêts auprès des banques et des aides gouvernementales. Elles se soutiennent mutuellement dans des moments difficiles et mettent en places des aides particulières – elle a appuyé sur le fait d’aider les couples en conflit conjugal.
Ce qu’une personne ne peut plusieurs le peuvent…

IMG_5178

Le Kerala est aussi un très beau Pays avec sa végétation subtropicale, les villages verdoyants, la faune coloré, les rizières et … les cocotiers qui font le nom du pays – Kerala veut dire « Pays de la noix de coco ».
C’est aussi le mythique pays des épices. Le port de Kochi est un grand port d’exportation de multiples épices sèches provenant du pays ; clous de girofle, moutarde, coriandre, noix de muscade, maci, cannelle, poivres, cardamome, cumin, anis, curcuma, gingembre, carvi, piment.

Pour d’autres détails économiques vous pouvez feuilleter la page :
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Kerala

Moi, je voudrais vous parler de l’hospitalité et l’accueil keralais. L’Inde n’est pas un pays facile pour le touriste – ce n’est pas un pays proprement dit touristique et ce qui va avec – l’infrastructure, l’encadrement des touristes – sont parfois rudimentaires ou inexistants. Nous, les occidentaux, sommes parfois dérangés par le manque de propreté ambiante, les installations diverses « hors normes », la vetusteuté, des coupures de courant, la pollution, tous les « à peu près ». L’Inde est un pays émergeant, avec beaucoup de contrastes entre les classes sociales. Il est étonnant de voir aussi le contraste entre l’état de ce qui est l’extérieur et le soin qu’on apporte à soi, à l’hygiène corporelle. Dans un pays qui manque souvent d’eau on n’épargne pas d’eau pour nettoyer son corps et ses vêtements. On utilise des moyens traditionnels pour la beauté et le maintien en forme – huile de coco, plantes médicinales – d’où aussi la popularité d’ayurveda.

IMG_5179

Et l’Inde change très vite. Plus vite que les pays occidentaux. Mes voyages espacés d’un ou deux ans m’ont montré ces changement et le potentiel indien – de plus en plus de gens qui voyagent et s’expatrient pour le travail en s’instruisant ainsi.
À côté de tous ces inconvénients ou face à eux nous avons l’accueil chaleureux et dévoué des keralais, le sourire, l’ouverture et l’humour qui sont très présents. En affichant l’acceptation de la réalité présente et l’accessibilité, nous pouvons facilement entrer en contact avec les gens du pays. Si ce n’est pas par la discussion en anglais, ce sera avec des quelques mots anglais connus et de l’imagination pour exprimer en gestes ce que nous voulons dire. En face on aura fait autant d’effort pour comprendre et répondre. Plus les politesses. Si vous êtes perdus on ne vous laissera pas tomber, si vous cherchez quelque chose – on viendra vous accompagner, traduire. C’est un pays où la solidarité, la fraternité, le sens du service et le dévouement sont bien encrés. Les gens trouvent du temps pour les autres.
Que c’est agréable d’être et de voyager dans ce pays.

IMG_5088

Ici, dans le Ayurvedic Health Care Center, je suis la seule occidentale et un peu représentante de France et de l’Occident. On me regarde, on m’observe – ma façon d’être, ma façon de faire, mes coutumes et habitudes. Je suis, par exemple, La seule qui mange ses repas avec une cuillère 😁 qui m’extasie devant la beauté de la nature et qui se promène avec son appareil photo prêt à réagir. On commente gentillement et on explique aux autres ma présence. Ceux qui connaissent peu l’anglais me demandent au moins mon prénom et d’où je viens. Ceux qui le parlent plus, engagent une petite conversation. Ceux qui s’expriment bien, tentent un échange plus large. C’est toujours un plaisir pour moi. Je peux même avoir un petit mot avec la femme de ménage qui n’a pas peur de tester ses acquis et d’expliquer le reste dans sa langue.
Beaucoup de choses passent aussi par la communication subtile, par le sens d’observation et de présence aigus des keralais. Personnellement j’aime beaucoup cela. Maintes fois au restaurant, par exemple, je n’avais presque pas besoin de guetter le serveur – soit il apparaissait de lui même quand j’avais besoin de lui, soit d’autres l’appelaient en observant mon comportement.
J’ai d’autres anecdotes sur de tels échanges, plutôt pendant mes séjours spirituels, où j’ai pu découvrir la puissance de la télépathie et la connection profonde.
Comme dit Osho – La passion de L’esprit hindou est « être », c’est un esprit qui aborde la réalité à travers l’expérience et non – le raisonnement. Un esprit qui est religieux et non scientifique. Dans le livre « Amour, liberté, solitude ».
Alors que la masse en ville, dans le village – il y a du monde partout ! – peut nous intimider nous pourrions nous rappeler qu’en contact personnel chacun est un être humain attentionné et tourné vers les autres parce qu’ici on s’en sort toujours « with a little help of my friends » ou avec la compassion des compatriotes.

IMG_5074

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s