La ville des sept rivières

Au dos des enveloppes que je recevais de mon correspondant japonais il était parfois écrit : ‘Reçu avec des traces de gommage et de recollage’. Les enveloppes portaient à ce moment-là des traces épaisses de colle au niveau de la fermeture. Les traces de la peur et de la …curiosité sans doute. Ils ont cherché des impérialistes parce qu’ils ont vu des costumes d’étudiants annonçant une certaine classe. Les photos étaient en couleurs et montraient bien le soleil et les lieux tranquilles et beaux. Puis le papier était fin. Exprès pour les envois ‘via air mail’. Mais ces mêmes ‘impérialistes’ ont eu une vie bien différente que ce qui a été imaginé …

Nous sommes à Hiroshima. Je suis à Hiroshima parce que ce lieu me rappelle une des pires barbaries du monde. A chaque nation, à chaque continent – son  bourreau. Il a la tête de l’époque, quel que soit son nom.

Ici la trace de ce qui est révolu, apparemment aussi dans les esprits de cette nation, est bien visible en forme du squelette du dôme encore débout. Autour, la foule calme et centrée, des témoins des survivants.

DD6CC18E-BB21-490B-A691-D586CE4E5186

Et dans ce grand parc, plusieurs lieux, pensés pour commémorer des vies soufflées d’un trait. Il y a le Mémorial national de la paix pour les victimes de la bombe atomique, le Monument des enfants pour la paix, le Mémorial aux victimes coréennes de la bombe, la flamme de la paix. Des stèles ornées de guirlandes de minuscules grues colorés en vertu de la paix au monde.

Le Monument des enfants pour la paix est inspiré par Sadako Sasaki, une trop jeune victime de la bombe, qui à l’âge de 11 ans a développé une leucémie et décida alors de réaliser 1000 grues d’origami. La grue est le symbole de longévité et de bonheur et ainsi la jeune écolière était convaincu’ de guérir en réalisant son objectif. Quand elle a mourut avant d’y parvenir, ses camarades de classe ont réalisé les grues manquants. En 1958 le monument des enfants, qui a pris sa place près du Monument pour la paix, a aussi déclenché une vague de pliage de grues en papier qui continue jusqu’aujourd’hui. Des écoliers de tout le pays envoient leur pliages qui sont soigneusement exposés près du mémorial.

Une semaine plus tard, de retour à Tokyo, nous visitons le temple bouddhiste Toshogu au parc Ueno. Il y a une stèle semblable à celle que nous avons vu à Hiroshima, avec le feu éternel. Il s’agit du feu qui brûle depuis l’explosion à Hiroshima et qui a été recueilli par Tatsuo Yamamoto, venu chercher les traces de son oncle, dans sa maison, après le bombardement. Ayant trouvé la flamme sur les ruines de la maison il l’a transféré et nourrit à son domicile à Hoshino-mura en mémoire de son oncle et en espoir de l’abolition de l’arme nucléaire et pour la paix dans le monde. Les villageois ont construit un torche géant qui maintenait la flamme depuis 6 août 1968. En 1988 la flamme a été mélangée avec une autre flamme, provenant des ruines, cette fois-ci, de Nagasaki  et a été, avec 30 million de signatures de l’Appel pour le désarmement nucléaire de Hiroshima et Nagasaki, portée devant la troisième session spéciale de l’assemblée Générale des Nations Unis pour le désarmement à New York.  La même année, en avril, l’association Shitamashi People Association a émis l’idée d’installation de la flamme dans l’enceinte du temple Toshogu. L’idée a été chaleureusement reçue par la prêtre en direction du temple qui a promis d’y ériger un monument approprié. 10 000 personnes ont participé à la collecte des fonds et à la construction de celui-ci. Le monument a été terminé en juillet 1990. Pour la commémoration du 45ième anniversaire du bombardement d’Hiroshima la flamme de Hoshino-mura a été déposée sur le monument le 6 août 1990 et enrichie de la flamme venant de Nagasaki. Une inscription sur le monument, orné de guirlandes de grues colorés symbolisant la paix, dit ‘We hereby pledge to keep burning the A-bomb flame, convinced that this monument should contribute to strenthening the worldwide people’s movement to abolish nuclear weapon and achieve peace, which is th emost urgent task for the people across borders’. (‘Nous nous engageons à faire brûler la flamme venant de la bombe atomique persuadés que ce monument devrait contribuer à renforcer le mouvement mondial pour l’abolition des armes nucléaires et l’aboutissement de la paix , ce qui est la tâche la plus urgente des peuples à travers les frontières’).

6814DC84-E2CB-401F-A0D1-B24677E50F5A

Mon voeu de « paix pour le monde », déposé en offrande lors de notre première visite dans un sanctuaire shintô Meiji Jingu à Tokyo, a fait le tour du Japon pour culminer dans le temple bouddhiste à l’opposé de la ville. Avec la prise de conscience du pourquoi du symbole de la paix, que les enfants japonais affichent naturellement sur les photos leur prises….

 

2988F6BA-FE64-4DC1-AB9B-CA2CBDB65400

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s