Mumbai

Pourquoi il vaut mieux voyager en Inde avec ses draps et son papier de toilette …

Les avions déchirent le ciel nocturne avec la fréquence un toutes les 5 minutes. Il est 2h du matin, début mars, il fait 25°. Les sons des kloxons dehors s’agglutinent en musique chaotique  et j’ai du mal à croire qu’ils servent à autre chose. Arriverais-je à dormir cette nuit ? La chambre est petite mais propre. Le lit au matelas épais porte un drap propre et une housse de couverture qui a déjà servie. Consternation.

EE5833C7-5AC6-421D-976D-E22A81271115

Le lendemain matin j’observe la vie de la rue depuis la fenêtre de ma chambre. Une rue indienne avec des auto-rickshaws, des voitures modernes, des charrettes à bras. Et les gens habillés de styles divers – musulmans, hindous, à l’occidentale. Tout à l’heure je me glisserai dans cette société et j’essaierais d’y vivre pendant un mois. De quelle manière ?

B8C885CC-7406-413B-9963-803C89F8EAA9

Le quartier de Santacruz où se situe mon hôtel est un mélange du glauque, du moyen et du beau en forme plutôt vétuste et couverte de poussière. Je me félicite d’avoir longuement sillonné ses rues sur Google, ce qui m’aide à me déplacer sans un plan sur papier. Mais quelle déception de découvrir que des noms inspirants  – The coffee café, Sandwizza, Ville Parle sky walk ont une forme typiquement poussiéreuse et désenchantante. Un mélange sidérant du moderne et du simplifié. Un café aux allures d’un des métropoles côtoie la gare de Ville Parle où un mélange de tôle sale et de bâches déchirées abrite des enfants à moitié nus et dont la peau est sombre de poussière et non par nature.                                   Cheveux hirsuts, le regard hagard et les chappals de sa mère sur les pieds, un petit, de peut être 6 ans,  porte d’une main agile un bol de riz vers ses frères. J’aurais envie de les saisir tous au vol et les porter dans la salle de bains de ma chambre. Mais je n’ose même pas déranger leur mère par un billet, elle, étalée inerte sur ce qui était un jour un matelas, posé sur le sol, près de la voie ferrée et de la statue de Dieu élégamment vêtu. Quel statut me donnerais-je en le faisant ? Où est ma place dans cette société où je ne suis qu’une visiteuse ? Il n’y aura donc même pas de photo de la scène …

Le soir au lit, avant que le sommeil espéré  n’arrive, je remercie Mère Divine et la Vie pour qui je suis et pour ce que j’ai comme réalité quotidienne. La gorge nouée par le chagrin j’avoue de préférer toutes mes désastres et cataclysmes à cet état végétatif d’une misère profonde où il n’y a même plus de place à la résilience …

Le lendemain, après une balade réconfortante sur Juhu beach, je rentre en rickshaw à mon hôtel. Je crois devoir surveiller le chauffeur qu’il ne me dépose pas trop loin, là, où traverser une artère me coutera des sueurs froides. Je le fais s’arrêter bien avant mon hôtel, au final, mais ne m’offusque pas de devoir marcher un peu. C’est alors que je vois s’avancer vers moi une très jeune femme avec un bébé dans les bras. Un échange de regards et nous nous sommes comprises. Elle s’adresse à moi en hindi alors que je sors mon portefeuille. Je lui passe le billet et fais une caresse sur le bras du bébé. Je demande à la maman son âge en cherchant le contact visuel avec le petit. Le bébé est dans son monde et la maman ne me comprend pas mais elle me montre que le billet ce sera pour la nourriture.    À présent je peux continuer mon chemin tranquillement. Je sais pourquoi je suis descendue trop tôt.

Le monde sera toujours comme tu le vois – impitoyable et effrayant si tu le vois ainsi ou bienveillant et accueillant si tu le veux.  Cela dépend de toi.

BB70ABD1-A4FC-44DC-86A2-8F7C4A743EF0.jpeg

Une réflexion sur “Mumbai

  1. En Inde et notamment à Mumbai on m’a souvent dit qu’il valait mieux ne pas donner d’argent aux femmes qui portent des bébés. Elles font malheureusement le plus souvent partie de réseaux de mendicité organisés… sans parler que ce n’est pas une vie pour un bébé d’être balloté dans la poussière la chaleur et le bruit toute la journée….

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s